By lalsace.fr |

A la Une | Quand Charles Leclerc, enfant, regardait le GP de Monaco de sa terrasse

Charles Leclerc, 21 ans, profite du Grand Prix de Monaco pour rentrer dormir chez lui, ce qui n'est jamais le cas le reste de l'année. Photo Boris HORVAT / AFP

"A trois, quatre ans, je regardais le Grand Prix en poussant mes petites voitures sur la terrasse de l’appartement d’un ami" à Monaco, se rappelle Charles Leclerc, natif et résident de la principauté où se dispute dimanche la 6e épreuve du championnat du monde de F1.

Pour la première fois depuis ses débuts en F1 en 2018 avec Sauber (maintenant Alfa Romeo), Charles Leclerc a cette année une chance de gagner avec sa Ferrari. Même avec un début de saison décevant, elle reste l’une des meilleures voitures du plateau.

Il rappelle aussi que le bus qui l’emmenait à l’école enfant empruntait les mêmes rues que celles où il court maintenant en F1.

"Aucune pression supplémentaire"

"Cela ne va pas être un weekend facile pour nous car on a eu des problèmes dans les virages lents à Barcelone (où s’est déroulé le précédent GP, ndlr) et aussi en général depuis le début de la saison. Monaco, c’est surtout réputé pour les virages lents", tempère-t-il toutefois.

"On voit que tous les Monégasques commencent à suivre beaucoup plus la F1 depuis que je suis avec Ferrari mais je ne ressens aucune pression" supplémentaire, affirme le pilote de 21 ans.

Il occupe actuellement la 5e place au championnat du monde après 5 courses et a manqué de peu la victoire lors de la 2e à Bahrein après être parti en pole position.